Passe la balle, man

Publié le par Val

Un post court mais néanmoins efficace (en tout cas je l'espère) pour vous dire que je me suis régalée en lisant "Temps mort" d'Harlan Coben.



Les puristes, les finasseurs, les rats de bibliothèque et autres adeptes du cathéchisme littéraire selon Lagarde et Michard liront ces lignes avec, au pire une lueur de mépris dans le reflet de leurs lunettes à triple foyer ou, au mieux, un soupçon de condescendance qui m'incitera à leur indiquer en bonne hôtesse que je suis la grande planche de bois sur pivot qui ferme l'appartement, en un mot : la porte.

Et bien tant pis pour eux, moi je me régale à chaque fois que je découvre une nouvelle aventure de Myron Bolitar, l'agent sportif ancien agent secret héros récurrent de Coben.
Au gré de ses aventures il cotoie tantôt le milieu très collé-monté du golf, tantôt il s'aventure dans des milieux plus virils comme le basket dans ce volume-ci.

Originalité du sujet, il s'agit ici de basket féminin (ça nous change du Diable s'habille en Prada et autres ressucées du même accabit).
Le beau Myron fait la connaissance de la jeune Brenda Slaughter, espoir du basket féminin US, dont le père vient de disparaître brutalement, dans des conditions inexpliquées. Le papa en question étant l'ancien entraîneur de Myron du temps où il exerçait ses talents de joueur pro en NBA, vous comprendrez aisément l'intérêt immédiat qu'il porte à l'affaire.
Oui mais voilà, comme dans tout bon polar qui se respecte, les choses ne sont pas si simples : en cherchant le père de la jeune femme il va s'intéresser à la mère, volatilisée depuis 20 ans, se frotter à la bourgeoisie locale riche à millions mais surtout lourde de secrets, jouer à cache cache avec des hommes de mains peu portés sur la négociation, s'interroger sur les motivations qui le poussent à s'empêtrer dans une histoire qui sent le souffre...En un mot il ne va pas s'ennuyer le garçon! Il pourra, comme toujours, compter sur Esperanza, sa fidèle secrétaire et sur Win, son associé aux méthodes inavouables mais redoutablement efficaces...

J'ai passé un excellent moment à lire ces pages, écrites avec une parfaite maîtrise, tant de l'intrigue que du tempo, et une certaine...élégance.
Sobriété, clarté, efficacité, voilà le cocktail de la réussite pour un Coben on the rocks. Allongé d'un lègère dose d'humour, celui-ci se déguste bien frais, en terrasse ou sur la plage (en métro ça marche aussi).

Je vous passe la balle.

Publié dans la bibliothèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lise 11/06/2008 07:15

Bon, admettons que la traduction y soit pour quelquechose....mais suis pas assez douée pour me le taper en original...

Val 11/06/2008 22:17


Alors tiens-t-en à ton avis initial.
Je ne prétends pas détenir LA vérité, je donne juste mon avis!
Et si tout le monde n'est pas d'accord avec moi, je suis prête à refouler mes larmes...


Lise 10/06/2008 17:53

Je vais te faire une critique constructive de chez constructive: j'aime pas Harlan Coben

Val 10/06/2008 19:11


L'essentiel c'est que tu l'aies lu avant de te faire une opinion!
Ce qui est le cas, je n'ai aucun doute.
Tous les goûts etc...


Zoé 10/06/2008 10:20

Excellent Cobain, tout à fait bien. Dans le genre Byron, tu as aussi "Ne le dis à personne" très chouette et "Promets moi" qui tient la route.
Bonne lecture m'dame

Val 10/06/2008 19:10


Ah mais non, c'est Harlan pas Curt...
Mais d'accord avec toi quand même! l'adaptation de "ne le dis à personne" par Guillaume Canet au cinéma est un vrai régal, je te la conseille si tu ne l'as pas déjà vue.


Bertrand 09/06/2008 15:31

LOL.

(Et un de moins !)

Val 09/06/2008 22:25


Assassin


Elvire 09/06/2008 13:22

Non seulement il faut venir mais en plus il faut commenter ?

Val 09/06/2008 22:24


Non, non.