les derniers sacrements (non je n'exagère pas)

Publié le par Val

ENFIN je suis dans ma maison, enfin mon appartement, chez moi quoi.

Pas de bruit, sinon celui produit par le Chat qui broie ses croquettes avec la délicatesse d'un casse-noix qui n'aurait pas été huilé depuis 102 ans.
Je prie intérieurement pour ne pas entendre dans les 3 prochaines minutes les vagissements produits par le même animal à l'occasion d'une régurgitation magistrale sur le tapis.
Pas de cris d'enfant(s), le troll est chez Mère-Grand partie lui porter des galettes et un petit pot de beurre et sa petite camarade qui fabrique des milky-way à la demande est rentrée chez ses parents (voir explications ici).

Tout n'est ici que luxe Ikea-way-of-life, calme et volupté.

Je peux donc sereinement entamer ce qui pourrait bien être pour moi mon dernier article.
Car oui, ami lecteur, je suis au plus mal, terrassée par un mal incidieux dénommé "virus variatus du metrobus" qui m'ôte mes dernières forces minutes après minutes et souffle à chaque instant la flamme qui anime mes yeux et réchauffe ton coeur(si j'en fais trop, vous le dîtes).
Je vais donc coucher ces quelques mots sur l'écran et m'étendre sur le dos, les mains jointes sur ma poitrine, telle un gisant expulsé de la basilique de Saint-Denis pour cause de squatt multi-centenaire, et attendre le retour de l'Emmerdeuse, seule âme pure apte à me ramener à la vie à l'aide d'un baiser délicatement déposé sur mes lèvres brûlantes.

J'en peux plus!!!!

Je ne tousse pas, je braie comme une chèvre.
Je ne me mouche pas, j'active une pompe à incendie.
Je ne renifle pas, j'aspire tout ce qui m'entoure, on va finir par manquer d'air.

Plein le cul je vous dis.

Depuis vendredi que ça dure, et quelquechose me dit que j'ai pas fini.
J'ai le nez comme une pastèque et les yeux tellement explosés façon pandi-panda (petit ourson de Chine, lalala) qu'on croirait que je veux me faire la gueule de Jeanne Mas à la grande époque. Sauf que quand je suis démaquillée, c'est pire.
Je ne dors plus, trop occupée à éternuer et donc à me moucher, et donc à renifler, et donc à me retourner toutes les cinq minutes, et donc à boire, et donc à me lever pour aller pisser, etc.
Et à côté de moi, mon Emmerdeuse, stoïque, ne m'engueule même pas, alors que franchement il y aurait de quoi. Elle dort (un petit peu) et quand j'éternue et qu'elle se réveille (le genre de réveil dont on rêve, façon "debout les morts!!!!") elle me fait un câlin ou des bisous.

Maintenant, ça c'était jusqu'à la nuit dernière.

Peut-être que cette nuit elle va me planter un pic à glace dans le coeur ou tenter de provoquer chez moi une overdose de Biquinol. A moins qu'elle ne me réveille d'un coup de coude dans les côtes à chaque fois que je montrerai un signe d'endormissement...
Dans tous les cas, je n'ai plus de jus, plus de force, et putain on est que mardi!!!!
Et ne me dîtes pas de m'arrêter, c'est im-po-ssi-ble.
Je ne peux pas, c'est plus fort que moi (si vous avez ou avez eu des parents commerçants-qui-ne-s'arrêtent-jamais, vous savez de quoi je parle).
Et puis quand je suis au boulot, j'oublie (un peu) que je suis malade.

Par contre les collègues n'oublient pas de me le rappeler, les salauds.
Je me fais un plaisir d'aller à un max de réunion pour contaminer le plus de gens possible, histoire de me sentir moins seule. Hé, hé, hé. (hier, 130 victimes potentielles, j'ai fait fort).

Je suis odieuse, oui, mais ça me tient debout!
Et puis les virus c'est comme le rire : qu'est-ce que j'y peux si c'est contagieux?
Allez, je m'en vais m'allonger, moi, ma princesse charmante ne va plus tarder...

Les trois minutes sont largement écoulées et le chat n'a pas vomi. quelle belle journée finalement!

Publié dans la salle de bain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Groseille 04/06/2008 15:48

Mmmmmmmmmmhhh... les livres qui "coulent de source" et qui fleurent bon la fraternité, l'amitié, le courage etc, je suis preneuse! Ils font trop chaud au coeur et il y a des moments où on en a bien besoin...
Noté, m'dame et bonne fin de rétablissement!

Val 05/06/2008 07:46


Presque guérie!
Biz


Zoé 29/05/2008 17:28

Le g'og', y a qu'ça de v'ai ! bin si, qu'est ce tu beux, t'arribe plus à parler, mais tu beux bien boire ! alo's fais toi un bon g'og abec beaucoup de ruhmb. HA p'tain, c'est crebant !!!

Glory 29/05/2008 16:10

Bon, je suis de tout coeur avec toi hein mais moi ça fait une semaine que je passe mes journées de préavis sur ton flipper de briques rondes là.... Ne change rien, enfin si guéris quand même !

madukid 28/05/2008 22:40

tu nous enterreras tou(te)s avec ta plume! mais bon là tu seras arrêtée... j'dis ça j'dis rien mais bon, je veux bien la lire ta 'review' de "tendre jeudi"... avant que...
bon aller, courage mais au fait t'es pas en train d'essayer de te débarasser de Poupon un peu en douce en chopant des trucs qui trainent????
(nan!! pas taper)

eurêka 28/05/2008 19:19

J'ai eu des parents-commerçants-qui-ne-s'arrêtent-jamais, donc je peux comprendre. Je compatis d'autant plus que c'est tellement agréable dans ces moments-là de rester blottie dans le canapé, une couverture sur les genoux, la boite de mouchoirs à proximité, et la télécommande dans une main, à se mater des séries palpitantes comme Derrick, La petite maison dans la prairie (ça a repris! si si!)... et crier à l'aide quand on a besoin d'un verre d'eau.
Allez courage, bientôt le week-end!!

Val 28/05/2008 22:30


Ah ben non, moi je lis quand je suis malade.
on ne se refait pas!
D'ailleurs ça fit un bail que j'ai fini "tendre jeudi", il serait peut-être temps que j'écrive dessus!