carte postale

Publié le par Val

Chers z'amis,

Un petit mot de Dakar où tout se passe pour le mieux.

Bon en fait ça a failli mal commencer avec un atterrisage mémorable! Vous savez, la totale avec virage sur l'aile, tremblements de la carlingue, réaccélération et tout le toutim... je soupçonne le commandant de bord d'avoir tenté un atterrissage avec les pieds ou de souffrir de dégénérescence maculaire totale...
ça ne mouffetait pas dans la carlingue, c'est moi qui vous le dis.
Enfin bref, je suis arrivée à bon (aéro) port, et j'ai bien vite retrouvé mes amis sur le parking devant le dit aéroport. En fait ils n'étaient pas seuls, les flics du secteur ayant choisi de taper un peu la discut' et de leur demander de déballer tous leurs papiers...
Après une explication franche et cordiale, voire virile, on a pu mettre les voiles direction Saly, au sud.
Un ami de mes amis nous avait prêté un appart' pour 3 jours, le pied!
Piscine et plage à 10m, vraiment trop dur... Et puis c'était une résidence, pas un club. Ce qui veut dire pas de jeu à la con du genre attraper des bananes avec les seins ou  se déguiser en trav' avec une plume dans le cul. Pas de cocktail de bienvenue et surout pas de repas à thèmes!
Evidemment on était très loin du vrai Sénégal, celui de la misère et de la lutte pour la survie, mais rassurez-vous, nous n'êtions pas dupes!
Seul souci : grosse chaleur la nuit, donc sommeil léger, léger....
Et puis en fait, dormir toute seule j'ai plus l'habitude. Bon, j'étais pas vraiment tout seule puisque la petite fille de mes amis a dormi dans ma chambre la première nuit. La pauvre a perdu 5 fois son doudou dans la nuit. Je l'ai aidée à le retrouver à la lueur de mon portable, c'était épique!
Mais moi mon Doudou, il était pas là. Il était loin, en boule sous sa couette, sûrement très occupé à me maudire parce que j'étais pas là pour l'agripper comme une bouée de sauvetage toute la nuit, en lui racontant ma vie par rêve interposé...
Si on m'avait dit qu'un jour j'aurais du mal à me séparer de quelqu'un plus de quelques heures, je me serais bidonnée pendant des heures (justement)!

Sauf que là je ne ris plus.

C'est dingue, à chaque fois que je vois un truc sympa ou intéressant, j'ai une crampe au ventre parce que je ne peux pas me tourner vers elle pour lui dire "t'as vu?". Alors je prends des photos par dizaines, comme une touriste de base. Elle s'en foutra de mes photos, mais tant pis, j'aurais l'impression de partager un tout petit peu de mon voyage avec elle.

Ce soir on va se retrouver sur internet par Skype interposé. J'ai hâte...
J'espère que elle aussi!

D'ici là je vais aller bouquiner sur la terrasse et piquer une tête à la piscine du club de sport où bosse mon pote.

Ben quoi?
faut bien que je profite, non?!!!

Bises à tous, portez vous bien et ne dégueulassez pas tout en mon absence, hein!

Val

Publié dans Le dehors du dedans

Commenter cet article

eurêka 08/05/2008 14:00

L"emmerdeuse> Oups, pas taper, pas taper!
Et puis, ce n'est pas moi qui l'ai dit : c'est Paul Morand. Je n'y suis pour rien, moi! Je ne fais qu'assumer ma mission...

Val 09/05/2008 11:13


Paul Morand, quand même...


l'emmerdeuse 08/05/2008 09:06

Eurêka> T'es libre, le 21 juin? Non, parce qu'on va avoir deux-trois trucs à se dire.

eurêka 07/05/2008 21:58

Une petite citation?
"Voyager, c’est être infidèle. Soyez-le sans remords ; oubliez vos amis avec des inconnus."
(Paul Morand)
Tu crois que l'emmerdeuse va apprécier mon choix?
Amuse-toi bien!

lison 07/05/2008 13:49

ah je crois que j'en ai une qui ressemble à la maison ...
bonnes vacances

lison 07/05/2008 11:32

je te comprends tellement
surtout les crampes...
mais zeste à raison quelle idée de partir seule ?

Val 07/05/2008 13:14



ça fait bientôt un an que je n'ai pas vu mes amis, et j'avais très envie de leur rendre visite.
Mais comme l'Emmerdeuse a changé de boulot en début d'année, elle ne peut pas avoir de congés avant cet été et n'a de ce fait pas pu m'accompagner (mais au départ c'était prévu).
Et comme c'est une emmerdeuse, pardon, une femme libre et autonome, elle a refusé que je lui finance une semaine de congés sans solde.
Tu sais tout!