On n'est jamais mieux trahi que par...

Publié le par Val

J'adore les polars modernes, les romans noirs ou à suspense, qu'ils nous viennent des Etats-Unis ou de Scandinavie. Allez savoir pourquoi, les Européens du Nord, comme Henning Mankell, sont devenus experts du genre, et ont pris sans complexe la place de nos voisins britanniques (même si l'adorable PD James, à 80 balais bien sonnés, oeuvre toujours avec talent). Selon certains il s'agit d'un genre littéraire mineur, juste bon à passer le temps entre deux étapes TGV. Et bien moi je dis qu'un bouquin qui vous tient en haleine le temps d'un voyage, ou que vous rangez contraint et forcé dans votre cartable le matin parce que bon, il faut quand même relever le nez de ses pages en arrivant sur le quai du métro et penser à aller à bosser, c'est un excellent bouquin!

Il n'y a pas de genre mineur en littérature, plutôt des auteurs de plus ou moins grande importance. Et encore, ce classement varie d'une personne à l'autre, et c'est tant mieux. A chacun son panthéon, à chacune sa bibliothèque idéale, vive la subjectivité littéraire! Bon, quand même, si vous lisez la collection Harlequin je vous parle plus.



En ce qui me concerne j'ai raté 2 fois mon changement de métro la semaine dernière, en allant bosser et c'est un très bon indicateur! Le coupable : "L'ombre du soupçon" de James Grippando. Un polar en avant-première chez France-loisirs, qui ne devrait pas tarder à se retrouver partout (un jour je vous expliquerai comment une certaine Aïcha m'a extorqué un samedi matin une adhésion à ce club de lecteurs qui ne me sert absolument à rien vu que je fréquente régulièrement les librairies et les FNAC...).
L'auteur est un ex-avocat reconverti à plein-temps dans l'écriture, pour mon plus grand plaisir.
Il ne faut pas s'arrêter au nom des héros de ce livre, parce que sinon on risque fort de prendre le large! Franchement, on se croirait dans le 12568ème épisode des feux de l'amour : Peyton, son mari Kevin, son ex Gary, sa mère Valerie (euh non, Valerie c'est bien ça...).

Une fois surmonté ce préjugé, on peut passer à l'intrigue et là, le sieur Grippando a fait bouillir sa marmite intellectuelle à fond les ballons pour nous pondre une histoire d'enfer. La fameuse Peyton est une interne en pédiatrie qui se trouve victime un soir d'un accident de bagnole. Un bon samaritain la sauve à temps de la noyade et disparait sans laisser de trace. La miss est convaincue que quelqu'un a essayé de la tuer mais personne ne la croit, même pas son mari. A partir de ce jour, tout part en couille vrille pour elle et les emmerdes s'acumulent. Le plus intéressant dans l'histoire (en dehors du dénouement, qu'on ne sent pas venir, en tout cas pas moi!), c'est l'évolution des relations entre son mari et l'héroïne. A force de vouloir se protéger l'un l'autre, ils commencent à se mentir et l'engrenage infernal est lancé. Un mensonge innocent se transforme en machine à broyer le couple. La confiance disparait, la suspicion s'empare de chacun, en un mot, l'ombre du soupçon s'abat ...(et là un frisson vous parcourt l'échine, brrrrr...).

Si vous voulez savoir qui veut du mal à Peyton, qui dépose des roses à son intention, qui passe ses nuits à échanger par tchats interposés sur MSN avec une certaine "ladydoc", qui a intérêt à pourrir la vie d'une interne à qui tout réussit et pourquoi il y a un cadavre dans le coffre de sa bagnole, vous savez ce qui vous reste à faire...

Désolée, je n'ai pas le numéro d'Aïcha .

Publié dans la bibliothèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Groseille 17/04/2008 16:29

Daaaac, l'Emmerdeuse! Noté alors et merci ...
Véro: Et quant au Masterton là, si même ladite Emmerdeuse m'imagine morte d'effroi à sa lecture ... je vais attendre un peu pour quand je serai grande ... ;-) (mais je garde le nom en tête, merci).

Val 17/04/2008 19:53


Groseille, ne te laisse pas manipuler!


l'emmerdeuse 17/04/2008 16:11

Groseille> Mais non, Peter Straub a également écrit une trilogie policière brillante! Usurpation d'identité, guerre du vietnam, serial-killer...De la bombe, j'te dis. En trois volumes qui peuvent se lire indépendamment: "Koko", "Mystery" et "La Gorge".
Vero> Masterton, t'es dure avec Groseille...c'est vraiment de l'horreur, pourle coup! (lire ou relire "Le portrait du mal", "Le miroir de Satan" et autres "Rituel de chair"...)

Val 17/04/2008 19:52


T'as fini de faire peur à Groseille?!!!


vero 17/04/2008 09:10

Je revient sur mon com. au sujet de Mo Hayder, il s'agit de polars noir, très noir, je trouve que les polars écris par des femmes dépeignent la noirceur de l'âme humaine au plus profond. âmes sensibles s'abstenir, vraiment...et dans un autre genre Denis Lehane et le fameux Shutter Island, une descente au bord de la folie...Pour Groseille si je peux me permettre au cas où : Graham MASTERTON dans le style ''bouh n'ai peur...cherie on peut laisser la lumière allumée ce soir.. ?'' A lire !!

Val 17/04/2008 19:48


Mais reviens, reviens!
J'ai décidé d'installer des fauteuils clubs en cuir brun pour accueiiir les causeries de mes lecteurs autour des bouquins.
Installe-toi confortablement.


Groseille 17/04/2008 01:47

Merci à toi Val, je me déciderai peut-être un jour, qui sait (entre bouquins et voyages, il y aurait des bribes de plaisir à partager, je pense).
Si tu souhaites des titres précis pour les auteurs cités ci-dessus, n'hésite pas (plus sympa de tomber sur les meilleurs pour commencer à aimer et à entrer dans le monde d'un auteur).

Val 17/04/2008 07:37


Je n'hésiterai pas, promis!


Groseille 16/04/2008 01:54

Peter Straub ... spécialiste des romans d'horreur (merci Wiki), brrrrrrr ... Je crois que je préfère les bons thrillers (même sanglants parfois) mais je note (emprunt bibliothèque pour découvrir alors*).
Ma préférée reste Andréa H. Japp pour le subtil mélange de policier et de psychologie des personnages. Maxime Chattam, James Patterson, Val McDermid ... sont des valeurs sûres pour moi. Dans le mélange réussi d'intrigue bien menée et de touche lesbienne intégrée, mon best of reste Laurie King dans "Un talent mortel", Anne Holt (toi qui aime les nordistes) et Stella Duffy (pour l'exotisme de la Nouvelle Zélande).
Et puis, bien sûr, pour le policier moderne dans sa facture mais se déroulant au XIXme à New York, la palme revient à Caleb Carr (les tout débuts des profilers avec les moyens du bord, excellent).
Ah oui, et un petit clin d'oeil à Alexander McCall Smith pour ses délicieuses, rafraîchissantes et si tendres intrigues au Botswana!
Ok, stoooooooooooooooop ... ;-) (si je me lance à parler bouquins, je ne peux plus m'arrêter).

* Un de mes profs de littérature à l'unif nous répétait de n'acheter un bouquin qu'une fois après l'avoir déjà lu et apprécié. Je repense souvent à lui en voyant les étagères fleurir jusque dans la cuisine et le wc ...

Val 16/04/2008 20:43


Groseille, à quand ton blog où tu causerais littérature et où j'irai tous les jours?!!!
parmi tes conseils de lecture, je connais Maxime Chattam et James Patterson. Pour les autres je n'ai pas le choix, faut que je les achète! merci pour ce com de talent groseille.